Agroforesterie : un meilleur élevage et une meilleure pratique pour régénérer la fertilité des sols

L’agroforesterie est un mode d’exploitation des terres agricoles associant des plantations d’arbres dans des cultures ou des pâturages. Du point de vue agronomique, les arbres et leurs racines et les champignons associés permettent de lutter contre l’érosion et recharger le sol en matière organique. Ils contribuent à lutter contre l’érosion, la salinisation et les inondations par la limitation du ruissellement responsable des pics de crue des rivières. Ils réduisent la pollution des nappes par les engrais agricoles en « pompant » les surplus d’azote libre.

En agro foresterie, rien ne se perd. Les arbres de l’exploitation procurent des perches pour les constructions, du bois de feu pour la cuisson du repas et du feuillage pour l’alimentation des chèvres.

Du sorgho pousse sous des Faidherbia albida et des borasses près de Banfora au Burkina Faso. Credit Photo: Marco Schmidt
Du sorgho pousse sous des Faidherbia albida et des borasses près de Banfora au Burkina Faso.
Credit Photo: Marco Schmidt

Le grevillea est une essence apprécié pour les bordures ligneuses. Cette essence pousse vite en produisant des bois sans faire concurrences avec les cultures.

En inde, le poids d’angole est souvent intercalé avec des céréales. Cette légumineuse arbustive aide à enrichir les sols et procure aliment, bois de feu et fourrage.

Les paysans kenyans apprécient le feuillage des leucoenas qui constitue un fourrage riche en protéine pour leurs vaches laitières. Cette culture joue le même rôle que le mucuna au niveau de fertilité des sols.

Au Sénégal comme au Bénin, les éleveurs exploitent des acacias et d’autres arbres qui fournissent un fourrage aérien particulièrement en saison sèche lorsque le fourrage herbacé fait défaut.

De même, des leucoenas et l’herbe à l’éléphant forment des bandes sur courbes de niveau intercalées avec du maïs. Ces bandes fournissent du fourrage pour le bétail et font obstacles à l’érosion.

Nous devons encourager les paysans et les exploitants agricoles à faire de l’agroforesterie, une priorité en 2015 afin de maintenir les sols en bonne santé. C’est ma façon de contribuer à l’objectif principal de l’Année internationale des sols 2015 (AIS)  qui est de sensibiliser les populations à l’importance de préserver la santé des sols et de plaider en faveur de la gestion durable de cette précieuse ressource naturelle.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s